L’histoire

Les visiteurs ont de tout temps été les bienvenus au Yukon et cela n’a pas changé. Les milliers de lieux d’intérêt historique qui parsèment le territoire sont autant d’invitations à plonger dans le temps et à revivre avec nous les moments hauts en couleurs de notre passé.

La Béringie

L’ère glaciaire du Yukon occupe une place particulière dans l’histoire du territoire. Il y a plus de 20 000 ans, un pont terrestre reliait l’Asie à l’Amérique du Nord. Le mammouth laineux et le chat des cavernes parcouraient une vaste région libre de glace qu’on désigne sous le nom de Béringie. Contrairement au reste du continent qui était recouvert de glace, le Yukon était alors un refuge écologique pour la faune et la flore. Les légendes autochtones parlent de cette époque, des géants d’antan et de la création du monde à partir de terres englouties.

Les premiers habitants du Yukon, dont la présence remonte à cette époque, sont venus d’Asie par un pont continental et fréquentaient un secteur non loin du lieu où se trouve aujourd’hui la collectivité d’Old Crow. Ils chassaient le mammouth, le bison, le cheval et le caribou. Avec le temps, ils se sont établis dans des peuplements plus permanents, dont certains existent toujours et comptent parmi les collectivités du territoire.

La traite des fourrures

Les explorateurs russes, en quête de fourrures et d’autres ressources, furent les premiers à visiter le Yukon au XVIIIe siècle, suivis par d’autres explorateurs venus d’Europe. Le nombre de ces deniers ne cessant de croître, les Autochtones se mirent à troquer des fourrures contre du tabac, des armes et d’autres marchandises. La traite des fourrures se développa peu à peu avec la venue de la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres commerçants indépendants qui établirent des comptoirs de traite un peu partout au Yukon.

La ruée vers l’or du Klondike

En août 1896, trois hommes trouvèrent de l’or dans le ruisseau Bonanza près de Dawson, ce qui devait marquer le début de la légendaire ruée vers l’or du Klondike.

Lorsque le bruit de cette découverte se répandit dans le reste du monde, des milliers d’aspirants prospecteurs prirent la route du nord. Au tournant du siècle, Dawson s’enorgueillissait d’être devenue l’agglomération la plus importante au nord de San Francisco et à l’ouest de Winnipeg

Le White Pass and Yukon Route

Ce « chemin de fer qui vaut son pesant d’or » et dont la construction fut terminée en 1900 reliait Whitehorse, au Yukon, à Skagway, sur la côte de l’Alaska

Jugée impossible à réaliser, cette voie ferrée fut construite en 26 mois seulement par des milliers d’hommes et au prix de 10 millions de dollars. On a dû littéralement faire sauter des pans entiers de la chaîne Côtière et utiliser 450 tonnes d’explosifs pour y arriver.

Le White Pass and Yukon Route grimpe à près de 900 m (3 000 pi) sur une distance d’à peine 32 km (20 mi). Le chemin de fer serpente à flanc de montagnes aux parois abruptes, effectue des virages spectaculaires suspendus au-dessus du vide, et emprunte deux tunnels et quantité de ponts et de chevalets. Le pont cantilever qui le caractérise était, en 1901, le plus élevé du genre dans le monde.

La route de l’Alaska

Construite en 1942, cette route qui menait à la dernière frontière de l’Amérique du Nord devait servir à acheminer du matériel militaire. Terminée en 8 mois seulement et parcourant une distance de plus de 2 230 km jusqu’en Alaska, sa construction nécessita la contribution de plus de 30 000 soldats américains.

La route de l’Alaska a transformé à jamais le visage du Yukon. Les bateaux et les trains cédèrent la place à un réseau routier plus efficace. L’expansion de Whitehorse en fit la ville la plus importante du territoire, puis la capitale en 1953.

De nos jours, la route de l’Alaska est une route panoramique revêtue, bien entretenue et ouverte toute l’année.

Le Yukon aujourd’hui

Le Yukon actuel offre toutes les commodités de la vie moderne sans avoir sacrifié sa beauté naturelle.

Nous suggérons aussi…